LE « MADE IN FRANCE » A-T-IL ENCORE DE L’AVENIR?