L’emploi des Docteurs est une véritable problématique. En 2012, les inscriptions au doctorat s’élevaient à plus de 62 000 en France.Les doctorants, c’est-à-dire les étudiants en doctorat, doivent réaliser une thèse en trois ans (avec un  délai, selon les champs de recherche, pouvant courir parfois jusqu’à dix ans). C’est donc une succession de mois de recherches pendant plusieurs années, pour aboutir à la précieuse thèse. Celle-ci est ensuite soutenue par le candidat pour obtenir le Doctorat.

 

A l’international, le doctorat est un diplôme assez prisé par les entreprises. Être docteur est ainsi un titre hautement valorisé et valorisable sur le plan professionnel. Le docteur est considéré comme créateur de savoir, qui sera par la suite diffusé, et également comme stimulateur d’innovation. Une appréciation qui n’est pas forcément partagée en France ; les écoles d’ingénieurs et les écoles de commerce étant à l’inverse plutôt considérées comme des gages d’expertise technique, tout en promettant de meilleurs débouchés.

 

Lors du Forum Aquidoc 2015, Alexandra ZWANG, Dirigeante de LEXAN, intervenait en conférence plénière afin d’expliquer les avantages et compétences indéniables selon elle des Docteurs dans l’univers numérique, et leur intérêt en tant que chef d’entreprise, ou tout du moins bras droit du chef d’entreprise, dans un marché où les entreprises doivent désormais se réinventer en permanence.

 

Par leur méconnaissance de la sphère des doctorats, les recruteurs restent pour le moins assez réservés devant ce type de profil : le diplôme n’apporterait pas assez de compétences concrètes et serait moins “professionnalisant” qu’un Master. Cependant, outre que l’accomplissement de la thèse permet au Docteur d’acquérir des connaissances pointues dans son son champs d’expertise, il développe également de nombreuses compétences pendant l’élaboration de leur thèse : rechercher et assimiler des informations précises et pointues, développer leur esprit critique, d’analyse et de synthèse, supporter une importante charge de travail, affiner leur point de vue et ainsi acquérir une approche transversale des choses.

 

De nombreuses thèses à vocation scientifique notamment, comprennent également une grande part de recherche terrain et de rencontres de professionnels du secteur concerné, apportant au Docteur une vision entière et périphérique de son champs d’expertise. Il n’est pas anodin cependant de prendre en compte le fait que le rythme d’une entreprise et d’un laboratoire est assez différent, l’entreprise ayant des impératifs Client qui génèrent autant de contraintes extérieures supplémentaires.Le caractère transversal et analytique des méthodes de raisonnement des Docteurs, ainsi que leur capacité à collecter, traiter et synthétiser une somme faramineuse d’informations, trouve pleinement son sens dans les matières innovantes, R&D ou encore métiers du numérique, pour lesquels il est plus qu’impératif de toujours avoir un temps d’avance sur les évolutions technologiques et sociologiques.

 

Le numérique pourrait ainsi dans un avenir très proche offrir des débouchés insoupçonnés à des Docteurs en quête d’innovation.